Le continent invité à développer “un réflexe d’intégration” pour prévenir le changement climatique

Genève (Suisse), 24 mars (APS) – L’Afrique doit développer davantage ‘’un réflexe d’intégration’’ devant lui permettre de mieux gérer les effets néfastes du changement climatique, a soutenu Alioune Ndiaye, directeur pour la région Afrique de l’Organisation mondiale de la météorologie (OMM) dont le siège est à Genève, en Suisse.

‘’Les Africains se rendent compte de plus en plus des effets du changement climatique et certains techniciens pensent que l’Afrique est l’un des continents les plus vulnérables’’, a indiqué l’ancien directeur national des services de la météorologie au Sénégal, dans des propos rapportés par Kandy Communication Systems (KCS).

Selon Alioune Ndiaye, il est ‘’très important de développer un réflexe d’intégration pour que ces effets néfastes puissent être gérés au mieux pour le continent’’.

Il a salué le fait que pendant la conférence de Copenhague consacrée au changement climatique, ‘’l’Afrique a parlé d’une seule voix en exprimant ses préoccupations et sa demande à la communauté internationale pour une assistance réelle et durable’’.

Le directeur pour la région Afrique de l’OMM a dit que cette question du changement climatique doit être en permanence pris en compte ‘’dans les décisions politiques pour que des actions concrètes soit prises par les gouvernants, en étroite collaboration avec les populations directement concernées’’.

‘’Pour ces questions comme pour d’autres, les Africains doivent accepter de travailler ensemble en réseaux dans la convergence d’efforts et de vision pour qu’on parvienne à circonscrire cette question d’importance plus que vitale pour l’Afrique et les Africains’’, a-t-il relevé.

‘’La météorologie, qui est un service transversal, intéresse tous les secteurs du développement, surtout depuis cette brûlante question des changements climatiques’’, a-t-il noté. Selon lui, de plus en plus, les pays africains prennent conscience du rôle de l’importance du rôle de la météorologie et travaillent à renforcer les moyens des services concernés.

De ce point de vue, les Africains reçoivent une assistance appréciable de l’OMM, en termes de formation et de mise à disposition d’équipements performants, a-t-il dit.

Il a souligné que l’OMM soutient auprès des bailleurs de fonds des projets africains pour la mise en place d’un réseau africain qui va intégrer le réseau mondial de la météorologie.

‘’Mon département fait tout pour la mise en place de mécanismes politiques et économiques en Afrique pour l’existence de véritables services météo qui seront une partie intégrante du développement de nos pays’’, a-t-il assuré.

Il a signalé que c’est dans ce cadre qu’il faut situer la prochaine conférence des ministres africains chargés de la météorologie en Afrique, prévue du 12 au 16 avril 2010 à Nairobi, au Kenya.

Organisée en collaboration avec l’Union africaine (UA) et l’OMM, cette conférence aura pour principale mission ‘’la mise en place de mécanismes pour l’émergence de services météo de qualité, en coordination avec l’OMM et les centres régionaux qui existent déjà sur le continent’’.

Abdou Gningue

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s