Afrique : Le téléphone portable à l’assaut du changement climatique

Après les fonctions appareil photo, internet,  lecteur mp3 et même bousole, le mobile délivrera bientôt des informations climatiques très précieuses pour les paysans africains.
En misant sur les technologies liées au téléphone mobile en Afrique, un secteur en plein développement, le projet “Météo pour tous” lancé le 18 juin à Genève espère améliorer la production et la diffusion de l’information météorologique sur le continent africain. Les prévisions météo ont un rôle essentiel dans la planification des activités économiques, surtout pour l’agriculture. Elles permettent aussi de mieux connaître, de prévenir et de s’adapter aux phénomènes liés au changement climatique.
5000 nouvelles stations météorologiques automatiques construites sur les sites du réseau de téléphonie mobile, voici l’objectif de ce projet lancé par le Forum Humanitaire Mondial en partenariat avec l’Organisation Météorologique Mondiale, les entreprises Ericsson et Zain, ainsi que le Earth Institute de l’Université de Columbia (NY). Le budget total est estimé à 30 millions de Dollars.
D’après l’OMM, le réseau africain de stations météorologiques est très faible. Sur tout le continent moins de 200 stations seraient conformes aux critères d’observation de l’organisation internationale. Par comparaison, les stations se comptent par milliers en Europe et en Amérique du Nord.
Les données recueillies seront traitées et vulgarisées par les institutions météorologiques nationales. La diffusion des prévisions sera ensuite facilitée par le réseau de téléphonie mobile. “Il est possible d’envoyer des pictogrammes par SMS, l’information sera disponible même pour ceux qui ne savent pas lire”, a déclaré lors de la conférence de presse Walter Fust, directeur général du Forum Humanitaire mondial.
Ce projet cible principalement les agriculteurs, premières victimes du changement climatique, qui ne peuvent plus se fier aux connaissances traditionnelles sur le  climat. “Des bulletins de prévisions sont spécialement conçus pour les paysans, a affirmé le secrétaire général de l’OMM Michel Jarraud, ils contiennent aussi des conseils pour les cultures”.
Le local est souvent lié au global, les nouvelles informations recueillies permettront une meilleure connaissance des phénomène météorologiques au niveau mondial, d’après Michel Jarraud, “l’amélioration de la qualité des données au Kenya permet de mieux appréhender ce qui va se passer dans toute l’Afrique et même la Caraïbe”.

C.G.

Photo, de gauche à droite :
Mr. Carl-Henric Svanberg, PDG, Ericsson
Mr. Walter Fust, Directeur Général, Forum Humanitaire Global
Mr. Michel Jarraud, Secrétaire Générall, OMM
Lord Smon Cairns, PDG, Zain, Africa

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s